Les absurdités de la législation face aux souffrances de Praline

13/06/2016 20:38

Nous avons été contactés fin avril par des gens qui avaient remarqué une plaie sur une minette qu'ils nourrissaient depuis qu'elle était venue s'installer dans leur jardin quelques mois plus tôt.

Conduite chez le vétérinaire, il s'est avéré que cette minette était identifiée. La clinique vétérinaire a donc téléphoné au numéro indiqué, et laissé un message pour que les propriétaires donnent des consignes concernant leur chatte. En effet, sa plaie était en réalité une tumeur mammaire qui avait éclaté, et le vétérinaire soupçonnait une atteinte cancéreuse.

La minette a entretemps reçu des antibiotiques pour sa plaie, et des anti-douleur, mais il était impossible de lui prodiguer davantage de soins sans l'accord de ses propriétaires légaux.

Or, sans réponse de leur part et après enquête, nous avons appris que lesdits propriétaires se trouvaient à l'étranger, n'allaient pas revenir dans l'immédiat, et étaient injoignables.

La loi interdisant tout acte vétérinaire sur un animal qui n'a pas été officiellement abandonné, il a fallu placer la minette en fourrière pendant une semaine, au terme de laquelle le maire de la commune nous a délivré une attestation de non-réclamation, ce qui nous a permis de la mettre au nom de l'association.

C'est ainsi que Praline a enfin pu être opérée de sa tumeur. Malheureusement, le cancer est déjà très avancé, et son temps est compté. Mais la petite beauté ne souffre plus, et ses bienfaiteurs ont décidé de la garder chez eux en tant que famille d'accueil, jusqu'à la fin.